Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2017 4 06 /07 /juillet /2017 08:37

Nous sommes constamment sollicité en cette période de l'année et le travail ne manque pas !!!

La politique de l'association étant de répondre et d'intervenir 7/7 jour et 24/24h en cas d'urgence, car un animal blessé ne peut pas attendre, un accident peut se faire à n'importe quel moment ou jour de l'année...Et c'est à ce moment là que les animaux ont le plus besoin de nous !!! Nous nous occupons d'animaux de ferme, mais s'il y a urgence pour chiens ou chats ou d'ailleurs n'importe quel autre animal et qu'aucune association ou fourrière ne peut être contacté, nous intervenons également. Toutes les gendarmeries et casernes de pompiers de la Nièvre ont reçu un courrier avec ces précisions, car imaginez un animal blessé plus ou moins sérieusement en pleine nuit ou un week-end, il doit être soigné et pris en charge immédiatement. Ensuite lors des horaires d'ouvertures d'associations compétentes chiens/chats, nous leur remettons l'animal et leur laissant donner la suite nécessaire.

Néanmoins je persiste à croire qu'il faudrait mettre en place, par département par exemple, et entre les différentes associations qui s'y trouvent un système d'astreinte d'urgence afin de se répartir les tâches...Ce qui devrait d'ailleurs être réalisé sur l'ensemble de la France.

Nous rappelons que l'association ne perçoit aucune subvention, ne replace aucun animal à l'adoption et que notre travail nous ne pouvons le faire que grâce à vos dons qui servent intégralement aux animaux....

Un dimanche de la première quinzaine de juin, Une femme nous téléphone, la gendarmerie de Decize vient de lui donner nos coordonnées...Trois chiens labrador sable divaguent et l'un vient de manquer de se faire percuter par une voiture. La chaleur se jour là est presque insoutenable !! Nous nous rendons chez la personne qui nous a appelé car elle a pu mettre à l'abri l'un des chiens chez elle, les deux autres sont toujours en vadrouille et nous partons à leur recherche accompagné de cette dame et de son mari qui pensent savoir où les retrouver, malheureusement après plus de deux heures de recherche, nous ne retrouverons jamais les deux autres...Ce ne sera que le lendemain lorsque j'aurais pris contact avec la gendarmerie afin de savoir s'ils n'auraient pas une idée ou des renseignements sur les deux chiens disparus que j'apprends qu'en réalité ce n'était pas trois chiens labrador sable qui divaguaient mais finalement 17, bien entendu aucun des chiens n'étaient identifiés, et venaient sans doute d'un élevage clandestin qui les avait largué à Decize comme si l'on se débarrassait d'objets encombrants. Pour clore cette histoire, l'association a décidé de recueillir ce nouveau pensionnaire de façon définitive, il est venu rejoindre nos quatre autres chiens rescapés et adoptés.

Fin juin, un appel pour une urgence ! Deux agneaux de deux mois au plus, ils ne sont même pas sevrés et divaguent dans un lotissement. Ils appartiennent à des musulmans qui n'ont n'y l'espace n'y les compétences pour s'en occuper, ce qui est constaté par les agents de police s'étant rendu sur place, il est a supposer qu'ils sont de toute façon destinés à fêter la fin du Ramadan....Évidemment ils ne sont pas bouclés, et ont failli se faire percuter par une voiture et créer un accident qui aurait pu être grave.

Des voisins ont pu recueillir ces agneaux en divagation et nous demandent si nous pouvons venir les chercher afin de les mettre à l'abri, ce que nous faisons immédiatement.

Arrivée au domaine des Douages de bons biberons les attendent qu'ils avalent goulûment, depuis cinq jours ils en étaient privés et n'avaient pas mangés grand chose puisque où ils se trouvaient, il n'y avait pas d'herbe....

Un autre sauvetage en urgence, un monsieur d'un certain âge (83 ans) nous téléphone, sa voix est désespérée... Il me raconte son problème, voici que depuis près de deux ans, il s'occupe et nourrit matin et soir 4 caprins, un bouc, et une chèvre qui a deux cabris mâles. Ces animaux n'appartiennent à plus personne, son propriétaire étant décédé, depuis les animaux survivent en divagation en pleine nature comme ils peuvent et en grande partie grâce à ses soins. C'est devenu une grande histoire d'amour entre cet homme et les caprins...Les animaux se trouvent dans le 89, près de Sens et l'année dernière à la même époque, lorsque les cabris de l'année précédente étaient d'un poids suffisant, Des maghrébins sont venu attraper les deux chevreaux et les ont égorgé et tué de façon horrible, il a entendu leurs cris de détresse, mais n'a pas eu le temps d'intervenir à temps pour les sauver...Il s'est juré que cela n'arriverait plus jamais !!!

« Venez ! » me dit-il «  Cela urge vraiment, l'année dernière c'est à cette même époque que les cabris ont été tué, je ne veux plus revivre cela.. Je les vois, ils commencent à roder auprès des caprins et le drame peut recommencer, c'est une histoire d'heures peut être !! »

Nous nous trouvons à 250 km de chez lui, et je lui propose de s'adresser à d'autres associations plus proches... « Mais je l'ai déjà fais, j'ai lancé des appels partout et personne ne bouge !! » Il me met en contact avec une femme charmante au grand cœur, qui, elle même fait parti de l'association « Respectons » et nous convenons ensemble qu'elle et son mari se rendent sur place faisant tout de même 80 km, pour chercher et ramener les caprins que l'association domaine des Douages recueillerait ensuite...Un vrai travail d'équipe entre association pour le bien des animaux !! Mais impossible d'attraper les deux cabris qui sont pratiquement à l'état sauvage.

Le bouc et la chèvre arrivent au domaine, mais Micheline et moi même ne sommes pas tranquilles, il faut faire vite pour sauver les deux bébés !! Ils se retrouvent seuls livrés à eux même et des gens rôdent pour s'en saisir....Le vieux monsieur a même suivi une camionnette pensant que les cabris pouvaient s'y trouver, afin de relever l'immatriculation et de prévenir la gendarmerie....

Le lendemain Micheline et son mari se sont rendu à nouveau sur place pour une nouvelle tentative avec cette fois un sédatif à mettre dans la nourriture, mais celui ci n'a pas fonctionné et les cabris toujours in-attrapables..... Le jour même, il est alors 16h, je sais que la seule solution pour sauver les petits et de retourner sur place avec la mère que j'embarque dans la Kangoo de l'association accompagné de ma fille et de mon fils qui nous rejoindra sur place avec son propre véhicule. Enfin le miracle se produit !! Les chevreaux sont enfin attrapés, il ne reste qu'à prendre le chemin du retour....Une épreuve pour la mère qui vient de faire 250 km et autant pour le retour, mais voir cette petite famille ensemble fait chaud au cœur. Nous arrivons enfin, il est 23h e bouc qui était resté dans un boxe a attendre se tient fièrement debout espérant revoir sa famille...Quelle joie pour tous !!

Je crois que notre délai pour sauver ces deux cabris était extrêmement bref, car nous venions tout juste de les mettre dans le véhicule, lorsque une voiture c'est arrêtée à nos côtés, quatre jeunes maghrébins à l'air patibulaire en sont sortis, se dirigeant directement vers le lieu de refuge des chevreaux, inutile de préciser que nous sommes parti dans la foulée, et c'est alors que l'un des jeunes voyant dans le haillon arrière les chèvres, a appelé ses copains, nous a montrant du doigt, signifiant « C'est plus la peine !! Les chevreaux sont là !! »

Enfin hier, nous avons réceptionné 20 moutons, 18 brebis et 2 béliers qui arrivaient de Bretagne. C'est une éleveuse qui cessait son activité et n'avait pas le cœur d'envoyer ses moutons à l'abattoir. Ils sont arrivés dans un immense camion, le chauffeur m'a dit que c'était la première fois qu'il ne déchargeait pas dans un abattoir, mais il m'a également dit qu'il partait charger sur le retour des veaux qui eux n'auraient pas cette même opportunité. Cela m'a fendu le cœur!!Notre association ne touche aucune subvention et ce n'est que grâce aux dons que nous pouvons faire ce que nous faisons, pourtant hier j'ai regretté de ne pas être riche !! j'aurais pu racheter ces petits veaux, cela n'aurait peut être été qu'une goutte d'eau , mais pour eux le destin changeait !!!

J'ai également reçu un appel, concernant 30 bovins de race charolaises à sauver....24 vaches et 6 taureaux dont l'éleveur âgé et en mauvaise santé ne peut plus s'occuper, ce sont sa femme et sa fille qui ont pris la relève pour le moment, tout leurs salaires passe dans l'entretien des animaux, mais elles n'y arrivent plus, pourtant il leur est impossible d'imaginer les emmener à l'abattoir....La solution n'est pas très loin, je connais un éleveur à moins de 3 km du domaine des Douages qui serait prêt à prendre des bovins en pension sous la tutelle de l'association qui les surveillera de près. Bien sur, la politique de l'association sera toujours la même, aucune adoption, n'y exploitation. C'est un homme qui aime les animaux, j'en ai eu plusieurs fois la preuve. Le prix de la pension pour un bovin serait de 2 euros par jour, soit 60 euros par mois. Ce qui ferait 1800 euros par mois pour l'ensemble des 30 bovins, plus les frais vétérinaires éventuels à la charge de l'association (vermifuges, soins, etc..)

A l'heure actuelle, l'association ne reçoit pas assez de dons pour pouvoir assumer cela, la seule solution serait de trouver 30 parrains, marraines ou plus pour réduire les frais des parrains et marraines, sachant que devenir parrain ou marraine devrait être un engagement mensuel à long terme, un bovin pouvant vivre 25 ans. Le numéro de boucle et une photo seront envoyé à chaque parrain. J'ignore si les bovins ont déjà un nom, ce qui se fait de moins en moins, mais il pourra peut être choisir si ce n'est pas le cas.

Je lance donc un appel pour tenter de sauver ces bovins, cela ne peut se faire que si l'association trouve suffisamment de parrains ayant bien réfléchi à l'engagement dans lequel ils se lanceraient...Si tel est le cas, n'hésitez pas !! Contactez nous 09 63 69 53 53 ou port. 07 77 95 53 90, par mail domy684@orange.fr ou par courrier

 

C'est l'unité de personnes bien intentionnés qui fait la force d'une cause !!!

 

Nouvelles du domaine des Douages....
Nouvelles du domaine des Douages....
Nouvelles du domaine des Douages....
Nouvelles du domaine des Douages....
Nouvelles du domaine des Douages....

Partager cet article

Repost 0
Published by dom
commenter cet article

commentaires

AIDEZ NOUS A SAUVER LE DOMAINE DES DOUAGES

 

  Domaine des Douages

 

Présentation du Domaine

 

 

Le domaine des Douages est un refuge créé en 2009, il s'étend sur 90 hectares et se situe dans la Nièvre. Ce sanctuaire donne la chance à 750 moutons , tous issus d'élevages, sauvés de l'abattoir, de vivre  paisiblement le reste de leur vie. Ces animaux ont été sauvés par Dominique, ancienne éleveuse, et son fils Jonathan. Tous deux s'occupent à pleins temps des moutons et autres pensionnaires. Aucune reproduction, ni selection, ici les bêtes sont à l'abri de toutes formes d'exploitation : un havre de paix pour béliers et brebis ainsi que tous les autres pensionnaires.

 

Le 15 mai 2014, nous avons ouvert une page de soutien pour sauver les moutons du domaine des Douages aujourd'hui en danger. un grand merci pour votre aide !

 

Si vous préfèrez verser un don par chèque, virement ou mandat rendez vous sur cette page.

 

 

Reportage diffusé le 12 janvier 2014 au journal régional France 3 Bourgogne 

 

Reportage diffusé le 23 avril 2014 au journal régional France 3 Bourgogne 


 

  Cliquer ici pour signer la pétition afin sauver le Domaine des Douages

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous contacter

   domainedesdouages@yahoo.fr

 

  logo2

 

 

Association Domaine des Douages

58240 Chantenay Saint Imbert

 

Tel : 09 63 69 53 53