Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 12:31

IMG_3641---.JPG

Hier, j’ai eu l’occasion de dialoguer avec une amie que j’aime beaucoup et qui se dévoue énormément pour la cause animale avec toute l’humilité du cœur, ce qui  fait d’elle une grande dame à mes yeux. Je suppose qu’elle se reconnaitrait si elle venait à prendre connaissance de cet article.

 

Je me plaignais que j’avais la tonte  et les vermifuges à faire prochainement, mais que je ne disposais pas des moyens pour le faire à l’heure actuelle…

 

Elle pensait que les animaux de ferme touchaient moins de personnes que d’autres car ce sont des animaux  élevés pour nourrir les gens, bien qu’elle-même soit végétarienne. Même dans la protection animale, où des gens se disent aimer les animaux et les défendre, en continuant à les dévorer.

 

Y a-t-il un sens à tout cela ??? Peut-on aimer un chiot ou un chaton, être sensible aux souffrances des animaux et se retrouver le soir devant une blanquette de veau ou une côtelette d’agneau qui sont aussi des bébés animaux adorables, ne demandant que la vie comme cadeau !!

 

Voici la réponse que je lui ai faite et j’aimerais la partager avec les lecteurs du blog.

 

J’en reviens à ce que tu m’as dis hier concernant les ovins et le fait que peu de gens comprennent pourquoi ces animaux ne finissent pas mangés comme leurs congénères.

 

Je sais que notre action et ce que nous faisons n’est rien d’autre  qu’une goutte d’eau dans la mer, alors que chaque jours des millions d’animaux sont abattus de façon pitoyable, pourtant je me plais à espérer que cette goutte d'eau sera bientôt annonciatrice d'une énorme averse de pluie. Mais pour mes pensionnaires la différence est grande, entre sentir le couteau près à leur trancher  la gorge et la vie !!

 

Lorsque j’étais enfant, je vivais dans un petit village de campagne….Je me souviens qu’un chien ne rapportait pas d’argent, et n’avait droit à aucun respect particulier, souvent moins considéré qu’un animal de ferme, attaché au bout d’une chaîne, ayant tout au plus pour niche un vieux tonneau, mangeant dans une gamelle sale, buvant de l’eau tout aussi sale lorsqu’on y pensait !!  Aucun soin pour lui s’il avait le malheur de devenir malade, et qui mystérieusement, en fin de vie, disparaissait sans que l’on sache exactement de quelle manière, mais qui devait certainement, être souvent sordide.

 

Je me dis parfois que la première femme qui a un jour décidé d’aider des chiens, des chats et des chevaux en Angleterre, puisque tout à commencé dans ce pays où la première association de protection animale est née, devait avoir un courage fabuleux, à une époque où les femmes n’étaient encore que de simples êtres vivants dépendant de leur mari en totalité…Oser sauver des animaux, qui pensait-on, ne ressentaient rien, et n’étaient en fait que des mécaniques sottes, des outils que l’on utilisait tant que cela était possible, des êtres  sur terre juste pour nous servir  sans contrepartie.

 

Mais les femmes ont bien compris que ce n’était pas le cas, il y a déjà fort longtemps !!! Les femmes ont appris depuis la nuit des temps en étant mère, d’autres langages que celui de la parole….Bien avant que l’enfant ne sache s’exprimer, elles ont su lire les besoins de leurs petits en observant les gestes de leurs corps, à lire dans les regards pour détecter la détresse, la joie ou la souffrance de leur progéniture afin de mieux palier au pire, à ressentir au fond d’elles même les choses pour autrui !!

 

Cette femme a du certainement paraitre comme nous paraissons bien souvent, une simple utopique, une malade ou pire une terroriste !! Se préoccuper d’un chien qui souffre quelle idée farfelue alors que Londres était plein de gens qui souffraient de différents maux…Seule!! cette femme a su dire « non » à tout cela parce qu’elle ne le supportait plus.

 

Aujourd’hui, les combats de cette femme ont porté leurs fruits, et plus personne ne s’indigne de voir un chien ou un chat chouchouté et aimé. Je ne vois plus de chiens pitoyables attachés au bout d’une chaîne lorsque je traverse un village, d’ailleurs son propriétaire serait montré du doigt !!

 

Un pas de plus est à faire !!! Les animaux de ferme!!! Aucun animal ne doit manquer de respect et de bien être, les animaux de ferme de la même façon que les autres. Seulement parler de respect à quelqu’un qui voit en l’animal son steak ou son gigot est très difficile à faire comprendre….Ceux qui protègent ces animaux n’en sont qu’au début  d’un immense parcours semé d’embûches, mais je ne doute pas que les consciences se feront à leur rythme, et un  jour on se demandera comment l’homme à pu agir ainsi !! De la même façon que l’on se révolterait  contre le fait inimaginable aujourd’hui de manger ou de torturer un chien  ou un chat.

 

J’ai la certitude que toute forme de refus de souffrance envers un être vivant quel qu’il soit est juste, et tant que je pourrais continuer à protéger et aimer ceux qui arrivent à ma porte, je le ferais !!

 

Ma condition de vie bien que difficile, ne le sera jamais autant que toute cette souffrance qui nous entoure, et bien que ce que je fais soit un puits sans fond, comme d’ailleurs toute œuvre caritative humaine ou animale, je pense que ce n’est pas en vain, puisque cela contribue à diminuer la misère et à faire prendre conscience.

 

«  Il y aura toujours un chien perdu quelque part qui m’empêchera d’être heureux. »

(Jean Anouilh)

 

«  Pourquoi la souffrance d’une bête me bouleverse-t-elle ainsi ?                                                                               

 Pourquoi ne puis se supporter l’idée qu’une bête souffre au point de me réveiller la nuit, l’hiver, pour m’assurer que mon chat a bien sa tasse de lait ?                                                                                             

 Pourquoi la rencontre d’un chien perdu dans une de nos rues tumultueuse me donne-t-elle une secousse au cœur ?

 Pourquoi la vue de cette bête allant et venant, flairant le monde, effarée, visiblement désespérée de ne pas retrouver son maître, me cause-t-elle une pitié si pleine d’angoisse qu’une telle rencontre me gâte absolument ma promenade ? »

(Emile Zola)

 

« Les couteaux lui restaient au flanc jusqu’à la garde,                                                                                                

 Le clouaient au gazon tout baigné dans son sang ;                                                                                                   

Nos fusils l’entouraient en sinistre croissant.                                                                                                                          

Il nous regarde encore, ensuite il se recouche,                                                                                                             

Tout en léchant le sang répandu sur sa bouche,                                                                                                                  

Et sans daigner savoir comment il a péri.                                                                                                                    

Refermant ses grands yeux, meurt sans jeter un cri.                                                                                        

 (….)                                                                                                                                                                             

Hélas !! Ai-je pensé, malgré ce grand nom d’hommes,                                                                                                     

Que j’ai honte de nous, débiles que nous sommes !!                                                                                      

 Comment on doit quitter la vie et tous ses maux,                                                                                                    

 C’est vous qui le savez, sublimes animaux."

 

(Alfred de Vigny)

 

 

IMG_3640---.JPG

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by dom
commenter cet article

commentaires

laurence 22/05/2012 13:41

bonjour dominique,
oui je choisirai quand je verrai les photos. j'ai hate de les voir ces petits chous. avez vous bien reçu mon courrier ? j'ai fait de la pub pour vous sur le forum de l'association vegetarienne de
france. j'espere que cela va vous ramener quelques parrainages...

dom 23/05/2012 14:09



Bonjour,


J'ai bien reçu votre courrier, mais comme le temps ne cesse d'être pluvieux, je préfère attendre pour faire les photos que de vous montrer des agneaux détrempés....Pourtant je vous assure qu'ils
peuvent s'abriter dans un grand bâtiment avec même du foin à volonté, mais...


Merci pour votre aide, c'est très gentil


A priori si le temps est beau, car on ne peut tondre des moutons que s'ils sont secs!!! Il est prévu de tondre le 28/29 mai et peut être le 30. C'est pour bientôt et l'angoisse commence pour nous
en espérant que tout ce passera bien cette année



laurence 14/05/2012 22:28

c'est parfait, cela me convient tout à fait. je les adore déjà. vous trouverez mon adresse mail dans le courrier. c'est moi qui vous remercie... vous etes formidable !

dom 14/05/2012 23:04



Voulez vous garder "le 20" pour le premier agneau ou voulez vous lui choisir un autre nom?? Vous y réfléchirez lorsque vous aurez les photos!!!



laurence 14/05/2012 13:19

je viens de vous adresser 2 parrainages par courrier avec grand plaisir. me voici donc tata ! :-)

dom 14/05/2012 13:48



Je vous remercie pour vos parrainages qui vont bien nous aider à un moment où nous en avons grand besoin!!


Je pense que j'aimerais vous proposer un petit agneau qui a eu quelques problème en dédut de sa vie,mais qui va bien maintenant, il n'a pas encore de nom et nous le nommons le 20 car c'était son
numéro à la naissance et peut être un autre agneau orphelin que nous nommons Rakkam le rouge dû à son intrépidité et ses ruses pour arriver à ses fins (un petit pirate)


Si cela vous convient je vous enverrais des photos , mais il me faudra une adresse net



laurence 11/05/2012 13:28

bonjour,
vous avez entierement raison. les animaux de ferme sont des mal aimés, tout juste bons à faire des barbecues alors que ce sont des êtres vivants, sensibles et sensés. bravo pour votre combat ! je
suis moi meme vegetarienne parce que sinon, je ne pourrais pas me regarder dans une glace. un agneau, ce n'est pas un gigot, c'est une boule d'amour.

dom 11/05/2012 16:55



Bonjour,


Si vous partagez nos idées, parlez de nous autour de vous!! Nous avons besoin d'aide pour offrir une bonne vie à nos pensionnaires



Alexandra 11/05/2012 13:08

Bravo pour votre combat et votre article... je rejoins à 100% votre ressenti sur le monde hypocrite, égoiste et sans compassion qui nous entoure et surtout sur le monde impitayoble qui est réservé
aux animaux. Des animaux qui malheureusement n'ont rien demandé de tout cela à la vie et qui subissent le manque cruel d'empathie et de considération des hommes...
Merci sincèrement d'être là pour eux...
Bien sincèrement,
Alexandra

dom 11/05/2012 16:53



Mon combat, je ne peux le faire seule...Vouloir protéger des animaux comme nous le faisons demande des soutiens de parrainages!!!


Faute de quoi nous ne pouvons donner à nos pensionnaires les soins et les besoins nécessaires à une bonne vie et c'est ce dont nous manquons cruellement actuellement!!


Cette cause n'est pas notre cause mais celle de tous ceux et celles qui se refusent à laisser ainsi martyriser les animaux de ferme en réagissant et en les soutenant....



AIDEZ NOUS A SAUVER LE DOMAINE DES DOUAGES

 

  Domaine des Douages

 

Présentation du Domaine

 

 

Le domaine des Douages est un refuge créé en 2009, il s'étend sur 90 hectares et se situe dans la Nièvre. Ce sanctuaire donne la chance à 750 moutons , tous issus d'élevages, sauvés de l'abattoir, de vivre  paisiblement le reste de leur vie. Ces animaux ont été sauvés par Dominique, ancienne éleveuse, et son fils Jonathan. Tous deux s'occupent à pleins temps des moutons et autres pensionnaires. Aucune reproduction, ni selection, ici les bêtes sont à l'abri de toutes formes d'exploitation : un havre de paix pour béliers et brebis ainsi que tous les autres pensionnaires.

 

Le 15 mai 2014, nous avons ouvert une page de soutien pour sauver les moutons du domaine des Douages aujourd'hui en danger. un grand merci pour votre aide !

 

Si vous préfèrez verser un don par chèque, virement ou mandat rendez vous sur cette page.

 

 

Reportage diffusé le 12 janvier 2014 au journal régional France 3 Bourgogne 

 

Reportage diffusé le 23 avril 2014 au journal régional France 3 Bourgogne 


 

  Cliquer ici pour signer la pétition afin sauver le Domaine des Douages

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous contacter

   domainedesdouages@yahoo.fr

 

  logo2

 

 

Association Domaine des Douages

58240 Chantenay Saint Imbert

 

Tel : 09 63 69 53 53